La voix du Chapitre

Programme

Published in France - Political debates and analysis - 14 days ago - 0

L histoire est faite d alternances entre des périodes d autorité dégénérant en tyrannie et des périodes de libertés engendrant la licence. L heure est venue pour la France de substituer à ces alternances douloureuses une conjonction harmonieuse de l autorité et des libertés.Le caractère hiérarchique du nouveau régime est inséparable de son caractère social.Mais ce caractère social ne peut se fonder sur des déclarations théoriques. Il doit apparaître dans les faits. Il doit se traduire par des mesures immédiates et pratiques.Tous les Français, ouvriers, cultivateurs, fonctionnaires, techniciens, patrons ont d abord le devoir de travailler, ceux qui méconnaîtraient ce devoir ne mériteraient plus leur qualité de citoyen. Mais tous les Français ont également droit aux travail. On conçoit aisément que, pour assurer l exercice de ce droit et la sanction de ce devoir, il faille introduire une révolution profonde dans tout notre vieil appareil économique.Après une période transitoire, pendant laquelle les travaux d équipement devront être multipliés et répartis sur tout le territoire, nous pourrons, dans une économie organisée, créer des centres durables d activité où chacun trouvera la place et le salaire que ses aptitudes lui méritent.Les solutions, pour être efficaces, devront être adaptées aux divers métiers. Telle solution qui s impose pour l industrie n aurait aucune raison d être pour l agriculture familiale, qui constitue la principale base économique et sociale de la France.Mais il est des principes généraux qui s appliqueront à tous les métiers. Ces métiers seront organisés et leur organisation s imposera à tous.Les organisations professionnelles traiteront de tout ce qui concerne le métier, mais se limiteront au seul domaine professionnel. Elles assureront, sous l autorité de l État, la rédaction et l exécution des conventions de travail. Elles garantiront la dignité de la personne du travailleur, en améliorant ses conditions de vie, jusque dans sa vieillesse. Elles éviteront enfin les conflits, par l interdiction absolue des « lockout » et des grèves, par l arbitrage obligatoire des tribunaux de travail.Le régime économique de ces dernières années faisait apparaître les mêmes imperfections et les mêmes contradictions que le régime politique : sur le plan parlementaire, apparence de liberté. Sur le plan de la production et des échanges, apparence de libéralisme, mais, en fait, asservissement aux puissances d argent et recours de plus en plus large aux interventions de l État.Cette dégradation du libéralisme économique s explique d ailleurs aisément.La libre concurrence était, à la fois, le ressort et le régulateur du régime libéral. Le jour où les coalitions et les trusts brisèrent ce mécanisme essentiel, la production et les prix furent livrés, sans défense, à l esprit de lucre et de spéculation.Ainsi se déroulait ce spectacle révoltant de millions d hommes manquant du nécessaire en face de stocks invendus et même détruits dans le seul dessein de soutenir le cours des matières premières. Ainsi s annonçait la crise mondiale.Devant la faillite universelle de l économie libérale, presque tous les peuples se sont engagés dans la voie d une économie nouvelle. Nous devons nous y engager à notre tour et, par notre énergie et notre foi, regagner le temps perdu.Deux principes essentiels nous guideront : l économie doit être organisée et contrôlée. La coordination par l État des activités privées doit briser la puissance des trusts et leur pouvoir de corruption. Bien loin donc de brider l initiative individuelle, l économie doit la libérer de ses entraves actuelles en la subordonnant à l intérêt national. La monnaie doit être au service de l économie, elle doit permettre le plein essor de la production, dans la stabilité des prix et des salaires.Une monnaie saine est, avant tout, une monnaie qui permet de satisfaire aux besoins des hommes. Notre nouveau système monétaire ne devra donc affecter l or qu à la garantie des règlements extérieurs. Il mesurera la circulation intérieure aux nécessités de la production.Un tel système implique un double contrôle : sur le plan international, contrôle du commerce extérieur et des changes pour subordonner aux nécessités nationales l emploi des signes monétaires sur les marchés étrangers ; sur le plan intérieur, contrôle vigilant de la consommation et des prix, afin de maîtriser le pouvoir d achat de la monnaie, d empêcher les dépenses excessives et d apporter plus de justice dans la répartition des produits.Ce système ne porte aucune atteinte à la liberté des hommes, si ce n est à la liberté de ceux qui spéculent, soit par intérêt personnel, soit par intérêt politique.Il n est conçu qu en fonction de l intérêt national. Il devra, dans les dures épreuves que nous traversons, s exercer avec une entière rigueur.Que la classe ouvrière et la bourgeoisie fassent, ensemble, un immense effort pour échapper aux routines de paresse et prennent conscience de leur intérêt commun de citoyen, dans une nation désormais unie.Telle est, aujourd hui, Français, la tâche à laquelle je vous convie.Il faut reconstruire.Cette reconstruction, c est avec vous que je veux la faire.

Support

AmIABadClass

Comments (0)